Amitiés: rencontres dangeureuses

Alors que l’héroïne du récit, son mari et sa fille partent sans entrain en vacances chez des amis, une rencontre sur une aire d’autoroute va faire basculer leur vie trop tranquille.

Pour qui n’apprécie pas les vacances entre amis, avec excursions obligatoires, courses en commun et progénitures à gérer, ce livre tombe à pic. Il va même beaucoup loin que le cauchemar enduré par beaucoup ; de la maison de vacances donnant sur la ligne de chemin de fer à celle dont la déco est à hurler. Dans «Amitiés», premier récit de Michèle Astrud, publié par une jeune maison d’édition bretonne, Entre-pont ; tout part en vrille dès le début : Au moment où l’héroïne doit partir avec son mari Olivier et sa fille Chloé rejoindre des amis en vacances à l’île d’Oléron, un orage d’une violence inouïe dévaste la maison qu’ils viennent juste d’acquérir. Celle-ci prend l’eau de toute part au point que l’héroïne n’a plus du tout envie de partir. En fait, cette averse remet en cause le fragile équilibre du couple, trop lisse, trop banal qui n’attendait en fait qu’une bonne raison d’imploser. Cet orage n’est que le révélateur d’un malaise beaucoup plus profond. Il ne faudra que quelques lignes pour que le beau scénario du départ en vacances vole en éclat : une aire d’autoroute où un jeune couple, elle, Anna, enceinte jusqu’au yeux, lui, Alain, inquiétant au possible, leur demande de partager leur table de pique-nique. Impossible évidemment de refuser, et très vite, trop vite, sans même consulter leurs compagnes, les deux hommes décident de faire route commune. Puisqu’ils vont dans la même direction, pourquoi ne pas se suivre ?

MANIPULATIONS EN TOUS GENRES

II ne sera plus question à partir de ce moment que de manipulations sexuelles ou mentales, de bizarreries inquiétantes, de cauchemars sans nom. Un accident les force à passer la nuit dans un village inconnu. Anna la jeune femme enceinte s’y révèle à la fois victime et manipulatrice, s’offrant en plein air à sa nouvelle connaissance sous les yeux bienveillants de son mari au milieu d’une assemblée d’hommes goguenards ; ou encore l’incitant à prononcer une phrase magique destinée à déstabiliser tous ceux qui l’entendront. Imparable la phrase. Le lendemain, étrangement, heureux et tristes d’être débarrassés de leurs encombrants compagnons, les trois voyageurs finissent par arriver chez leurs hôtes, mais l’accueil est aussi glacial que possible. L’ambiance est lourde, hostile. Le déjeuner sera composé de trois tomates, de six tranches de jambon et de pain sec. Pour six personnes. Le début du séjour est un cauchemar où personne n’a rien à se dire, pas plus qu’à offrir à l’autre. Dès le deuxième jour, la question se pose cruciale et énorme, bien que non formulée : comment occuper cette journée ? Et là, par ce matin gris et déjà plombé, réapparaissent les trois protagonistes du cauchemar de l’autoroute. Alain ayant pris soin de voler le carnet d’adresses d’Olivier avant de le quitter pour ne plus les lâcher. Amitiés est un récit sur les failles de l’amitié : les petites mesquineries, les grands mensonges. Une fiction qui pose les vrais problèmes des relations entre adultes où interfèrent les intérêts, les renvois d’ascenseurs, les apparences à sauvegarder, que la promiscuité des vacances met à mal. Il s’agit d’une description terrible de l’amitié entre adultes mercantile, si loin des pures amitiés enfantines. Naturellement, l’auteur force le trait en mettant en scène des personnages dérangés, sans chaleur, d’un égoïsme forcené, et le climat de ce texte aussi étrange qu’envoûtant n’est pas loin de rappeler l’atmosphère d» film « Harry un ami qui vous veut du bien ». Ce tout premier récit, passé relativement inaperçu est un coup de maître, violent et magistralement agencé. D’autant que le mot récit laisse envisager l’hypothèse d’une histoire vécue, d’autant plus glaçante que s’il s’agissait d’un roman.

Brigit Bontour

Le coin des livres / Ecrits-vains. com

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s