Bussières

« Nous passons des mois à écrire ce que nous avons compris, à sauver de l’oubli ceux que nous avons le plus aimés, à régler leurs comptes à ceux que nous haïssons, non pour eux-mêmes car ils sont morts la plupart du temps, mais pour les sentiments qu’ils ont incarnés que nous ne voulons plus voir, jamais, et tandis que nous menons à bien cette entreprise colossale, toute notre vie présente se fissure et puis s’effondre. Il faudrait être sans cesse au four et au moulin, me dis-je, écrivant inlassablement sur le passé tout en vivant intensément le présent, mais qui le peut? »

Extrait de: Lionel Duroy / Colères

Le monument aux Morts

Bussières/ Saône-et-Loire (avril 2012)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s