Labyrinthe (2)

Berlin, la ville des labyrinthes…

Le labyrinthe de la mémoire. Le lieu du recueillement. Un chemin pavé descendait et s’enfonçait entre ces grands monolithes de béton gris. Les silhouettes apparaissaient, disparaissaient. La rumeur des conversations bourdonnait. Seule, j’entrais dans la la tombe, dans le vide, dans l’oubli.
Et il y avait cette fille.

Dans le labyrinthe de la ville, dans le labyrinthe de béton gris. Elle sautait de stèle en stèle. Son ombre jouait avec le soleil, les nuages.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je la regardais. Elle apprenait à voler. Elle tutoyait le soleil. Elle n’avait pas peur du vide.

Elle n’avait pas peur du ciel d’été menaçant. De l’inconnu.
Je regardais cette fille qui me fascinait. Elle ne fuyait pas, elle s’envolait. Insouciante, elle n’avait pas peur. C’était un rêve, un mirage. Elle s’envolait.

Un rêve de liberté s’imprimait sur ma rétine. L’essence même de la vie.

Mémorial de l’Holocauste

Berlin (Août 2011)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s