Bêtes féroces

Le chien se glisse entre leurs jambes, les entrave et un des hommes se libère d’un violent coup de pied.
Le chien s’effondre en gémissant.
— Hé. Tu l’as blessé !
—  Quoi ? Je l’ai à peine touché.
—  Non, regarde, tu lui as ouvert le crâne.DSC_0017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s