Histoire extraodinaire (8)

« Le ciel commençait seulement à pâlir quand Jules, l’aîné des deux frères Naud, apparut sur le pont de la péniche, sa tête d’abord, puis ses épaules, puis son grand corps dégingandé. Frottant ses cheveux couleur de lin qui n’étaient pas encore peignés, il regarda l’écluse, le quai de Jemmapes à gauche, le quai de Valmy à droite, et il s’écoula quelques minutes, le temps de rouler une cigarette et de la fumer dans la fraîcheur du petit matin, avant qu’une lampe s’allumât dans le petit bar du coin de la rue des Récollets.  »

Extrait: « Maigret et le corps sans tête » de Georges Simenon

DSC_0030

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s