Apocalypse Now!

à lire sur: http://eireann561.canalblog.com/archives/2016/01/12/33190778.html

Nous entrerons dans la lumière.
Michèle ASTRUD.
Note : 4,5 / 5.
Apocalypse Now !
La découverte d’un ouvrage de Michèle Astrud est toujours une surprise. Dans ce roman elle nous transporte dans un monde d’apocalypse, proche de sa fin.
Le monde est à l’agonie, Antoine Pitou vit dans un quartier déserté par ses habitants, ils ne sont plus que deux dans la rue. Sortir est une aventure, une épreuve de survie. Il a démissionné de son poste d’enseignant, son épouse est partie pour un monde plus civilisé, elle lui téléphone et espère qu’il vienne la rejoindre avec Chloé, leur fille. Mais celle-ci, suite à un choc émotionnel, est en institution depuis de nombreuses années, ce qui lui donne un prétexte pour rester où il est. Mais l’institution va fermer, donc il va retrouver la garde de sa fille, chose qui risque d’être problématique au vu des conditions de vie qui sont les siennes.
Il reçoit un jour un appel téléphonique de la part de Sonia, qu’il a fréquenté naguère, il y a très longtemps. Sa secrétaire lui annonce qu’elle tente d’organiser une exposition consacrée au travail cinématographique de celle-ci. Elle espère mettre sur pied une rencontre entre Sonia et des personnes l’ayant côtoyée. Mais Sonia décède subitement et mystérieusement, comme beaucoup de gens à l’heure actuelle. Au téléphone, sa secrétaire demande à Antoine d’aller dans la maison de famille de son amie et de prendre le maximum de documents avant qu’ils ne soient détruits. Ce n’est pas loin, une centaine de kilomètres, mais les transports n’existant pratiquement plus, l’idée est séduisante mais quasi irréalisable, surtout que dorénavant Chloé vit avec lui !
Et il doit surmonter un mal chronique… la peur. Et affronter une autre vérité qu’il a toujours voulu cacher, mais que Chloé redécouvre. Elle se souvient petit à petit, le pourquoi de son amnésie, de ces années dans cette institution…
Et le voyage se poursuit de plus en plus périlleux, il ne reste plus grand-chose de notre civilisation, la loi du plus fort est la seule qui subsiste encore.
Deux personnages principaux dans ce livre : Antoine Pitou et sa fille Chloé, qui entreprennent un long cheminement, se redécouvrir dans un voyage périlleux.
Deux voix, Louise, l’épouse et mère, partie ailleurs, la secrétaire, parente et amie veillant à la sauvegarde de l’œuvre de Sonia.
Une ombre resurgit du passé, Sonia, amour de jeunesse, ayant réussi dans le monde du documentaire cinématographique.
J’ai beaucoup aimé ce livre, j’ai toujours été un amateur de ce que l’on nommait dans ma lointaine jeunesse, les romans « d’anticipation », qui pratiquement toujours décrivent un univers qui se meurt.
Celui-ci est particulièrement réussi, le réchauffement climatique a fait des ravages, fournaise et sécheresse font des dégâts, le pétrole manque et l’eau aussi.
Une belle écriture, très agréable avec des descriptions très réalistes qui, malgré tout, font froid dans le dos.
Elle ne sera pas belle, la vie…
Extraits :
– Je vois la mer Méditerranée agitée de soubresauts et ponctuée de taches blanches, comme si la pellicule stockée depuis des années au grenier avait été abîmée.
– Elles se sont enfuies si vite, cette jeunesse, cette insouciance, ces courtes années de vagabondage.
– Je n’ai pas envie de vieillir papa, pas envie de mourir. C’est trop tôt, beaucoup trop tôt, j’ai à peine eu le temps de te connaître.
– Contrairement à tout à l’heure, il n’y a aucune rancune, nulle vindicte dans sa voix. C’est un simple constat, qu’elle dénonce avec douceur.
– Je suis seul, toujours seul.
– Je n’ai plus rien et reste presque indifférent. En tout cas, je ne ressens pas le manque, aucune douleur.
– Papa, tu es comme un enfant. Tu ne t’aperçois de rien, tu ne comprends rien. Aujourd’hui comme hier.
– Ici, on ne voit plus la police, plus l’armée, plus d’ambulances, ni de pompiers, plus rien, juste des bandes de maraudeurs et quelques patrouilles de riverains qui arrivent encore à les repousser. Mais ce n’est plus qu’une question d’heures et de chance.
Éditions : Aux Forges de Vulcain (2016).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s